www.claregistry.com

Association canadienne des éleveurs de lamas et alpagas

Historique et avenir

L'Association canadienne des éleveurs de lamas et alpagas a commencé l'enregistrement des alpagas en 1987. Les premiers animaux inscrits au registre étaient principalement des animaux importés des États-Unis et d'autres en provenance de zoos et de fermes à gibier d'origine locale ou internationale. Les animaux ont subi un dépistage pour s'assurer de leur bonne santé et de leur conformité en fonction des normes approuvées avant d'être admis au registre.

Un grand nombre d'alpagas ont à l'origine été importés au Canada en provenance de l'extérieur de l'Amérique du Nord, plus particulièrement du Pérou et du Chili, en 1992. Ces animaux et d'autres animaux d'importation arrivés au pays jusqu'à la fermeture du registre officiel le 31 décembre 2000 ont formé la base de notre registre actuel. Les animaux importés sont identifiés sur leurs certificats d'enregistrement comme étant des animaux de souche.

En 1989, l'Association canadienne des éleveurs de lamas et alpagas a été incorporée en vertu de la Loi canadienne sur la généalogie des animaux. La loi, initialement adoptée par le Parlement canadien en 1900, a été promulguée pour assurer l'ordre et la protection de l'industrie du bétail et pour normaliser et contrôler la vente du bétail et sa représentation. Le fondement d'une loi fédérale en vertu de laquelle les associations d'élevage peuvent opérer est à double objet. D'abord, la tenue de renseignements généalogiques précis sur une base nationale est considérée comme un point critique pour l'amélioration des races d'animaux et de bétail en général. Deuxièmement, l'établissement de normes conséquentes à l'échelle nationale pour la représentation des antécédents génétiques d'un animal augmente l'intégrité des renseignements pour les besoins du commerce intérieur et extérieur et assure une protection aux acheteurs d'animaux d'élevage.

Les objectifs de la Loi sont stipulés comme suit :

  1. a. promouvoir l'amélioration de la race;
  2. b. protéger les personnes qui élèvent et achètent des animaux en permettant l'établissement d'associations touchant la généalogie des animaux qui sont autorisées à enregistrer et à identifier des animaux qui, de l'opinion du ministre de l'Agriculture du Canada, ont une valeur importante.

Une seule association de race par race est constituée en vertu de cette loi et est autorisée à représenter cette race spécifique. Elle a l'autorité exclusive de représenter une race et de gérer un registre public pour cette race. Elle seule peut émettre des certificats d'enregistrement, et établir les normes et règles pour cette race en matière d'admissibilité pour l'enregistrement et la définition de ce qui est qualifié de race pure. L'association de race au Canada responsable des activités à l'égard des alpagas est l'Association canadienne des éleveurs de lamas et alpagas.

Les animaux de souche d'origine ont été définis par une description physique qui établit une exigence minimale ou une gamme de caractéristiques spécifiques de la race, en d'autres mots, une norme de la race. À la suite de la fermeture du registre, tous les animaux subséquents doivent démontrer un lien avec la population souche. Ces animaux sont identifiés sur leur certificat d'enregistrement comme étant de pure race. Aucun animal ne peut être déclaré comme étant de pure race s'il n'a pas un lien d'au moins 7/8e d'antécédence à la souche ou à d'autres pures races enregistrées dans cette race en particulier.

En définissant la population souche par une norme de race, et en veillant à ce que tous les animaux enregistrés répondent à la norme touchant la race, et en s'assurant qu'ils puissent bien être retracés à la souche initiale, le registre des alpagas donne une plus grande assurance que la progéniture présentera les caractéristiques de race conforment aux caractéristiques attendues.

Une assurance est également donnée lorsque l'on insiste pour que chaque alpaga soit identifié de façon permanente et qu'il soit certifié comme ne présentant aucune exclusion congénitale avant son enregistrement. Cependant, la pierre angulaire du registre des alpagas demeure la vérification de parenté. Chaque alpaga, avant son enregistrement, doit subir une vérification de parenté par rapport au géniteur et à la mère, par l'entremise d'un profilage d'ADN effectué par un laboratoire reconnu.

L'importance de l'empreinte génétique est principalement pour assurer que le pedigree rapporté est correct. Une connaissance précise du pedigree est essentielle pour le maintien et l'amélioration de la population globale canadienne des alpagas.

Le Canada possède une industrie des alpagas active et nombreux sont les Canadiens qui désirent améliorer leurs troupeaux. Bien que le registre soit fermé aux nouvelles importations, les Canadiens ont toujours accès à des animaux admissibles nés à l'extérieur du Canada. N'importe quel alpaga, sans égard au pays de sa naissance ou à la date de sa naissance, né de deux parents enregistrés au sein de l'ACELA et qui répond aux règles canadiennes d'admissibilité pour l'enregistrement, peut faire une demande d'entrer au registre canadien.

Les Canadiens peuvent également accéder à des alpagas étrangers non admissibles à l'enregistrement par l'entremise du programme de sélection supérieure. Le programme de sélection supérieure se rapporte au processus de reproduction consécutive des animaux en vue de l'obtention d'un statut de pure race. Les animaux qui sont enregistrés comme pures races peuvent être accouplés à des animaux d'une origine génétique inconnue. Un premier accouplement donne un statut de pure race à 50 %, un deuxième donne un statut de 75 % et ainsi de suite. Le programme permet aux Canadiens d'importer des alpagas provenant de n'importe où dans le monde (selon les exigences de l'ACIA) et de les enregistrer comme animaux croisés (0 %). Pour les besoins de ce programme, un statut de pure race à 100 % est enregistré au 15/16e avec chaque pourcentage de génération pure race accouplée à un animal canadien enregistré de pure race à 100 %.

Le système d'enregistrement canadien est un système solide et respecté à l'échelle internationale. Il s'agit du seul système au monde dont l'intégrité est surveillée en vertu d'une loi du Parlement. Même s'il est régi par des règles strictes, il n'est pas sans flexibilité. Les règles d'admissibilité pour l'enregistrement peuvent être basées non seulement sur l'application des antécédents en matière de pedigree mais aussi sur l'importance économique des traits qui peuvent ensuite être utilisés pour une évaluation génétique et la sélection.

Le registre canadien, tel qu'il est défini par la Loi canadienne sur la généalogie des animaux, reconnaît que le marché commercial doit être le bénéficiaire ultime d'un système de registre crédible et le système d'enregistrement des animaux d'élevage canadiens est considéré depuis longtemps comme étant l'un des systèmes les plus crédibles au monde.

 .